Parcours

10 ans de Japon

10 ans de Japon

Il y a 10 ans jour pour jour (en fait c’était hier mais chut), je posais pour la première fois le pied au Japon. Dix ans…  ça me paraît être énorme mais pourtant je me souviens de ces 10 jours comme si c’était hier : souvenirs, émotions, pensées, tout est rangé dans un coin de ma tête. Voici le récit de mon premier voyage au Japon, pèle-mêle, tel que cela me revient (donc ça va être un peu brouillon huhu).

Jardin japonais à Kanazawa
Jardin japonais à Kanazawa


Le 9 avril 2006 à 6h50 du matin, le vol Paris-Tôkyô pose ses roues sur le tarmac de l’aéroport de Narita.
Ca y est. Moi, Bénédicte, 18 ans et 1m58 je suis arrivée au Japon. Je vais passer 10 jours dans le pays dont je rêvais depuis quelques mois. Je vais vivre ce séjour avec ma maman et une partie de ses collègues, le voyage étant organisé par son entreprise.
A peine débarqués, pas le temps de réfléchir. Je suis embarquée dans un tourbillon : première rencontre avec la japonaise bilingue qui nous guidera durant tout le séjour, achat de boisson à un distributeur et embarquement dans le car direction Tôkyô.
Depuis ma place, je regarde les paysages défiler par la fenêtre : à peine sortis de l’aéroport j’aperçois les premiers cerisiers de ma vie qui me mettent en joie. Découverte de la conduite à gauche aussi. Et puis ces rizières à perte de vue, ces petites maisons en bois traditionnelles, la ligne de train qui longe l’autoroute, les hôtels aux noms improbables et aux néons criards.
Et puis nous arrivons à Tôkyô. J’ai les yeux ouverts comme des soucoupes et je découvre au fur et à mesure de notre trajet de nos visites les bâtiments que j’avais vu dans mes livres. J’en prends plein les yeux. Je suis étonnée de voir que oui tout vraiment tout est écrit en japonais. Je n’ai que quelques mois d’apprentissage derrière moi et j’essaie de déchiffrer tout ce que je peux avoir sous les yeux. Au final pas grand chose.

Nous enchaînons les visites : l’observatoire du Metropolitan Governement Office, le sanctuaire Meiji et vers 15h je tombe de sommeil. Le décalage horaire se fait vraiment sentir, je bâcle la visite des jardins du palais impérial et vais m’assoir près de l’entrée comme beaucoup de mes compagnons de voyage. Heureusement que la prochaine étape est l’hôtel. Et quel hôtel ! Nous sommes logés au Sunshine City Prince Hotel Ikebukuro. Notre chambre se trouve au 15ème étage, nous n’en revenons pas de la superbe vue qui s’étale devant nos yeux.
Une pause plus tard et nous descendons pour dîner. Je n’ai pas faim donc picore juste quelques sushis que ma mère est allé me chercher. en papotant avec la guide. Il est juste 19h30 quand nous remontons dans notre chambre mais nous pensions qu’il était beaucoup plus tard : il fait déjà nuit. Nous hésitons à sortir et puis un saignement de nez de ma part nous fera abandonner. Nous tombons de sommeil épuisées.

Entrée à Tôkyô
Entrée à Tôkyô
Mariage au sanctuaire Meiji
Mariage au sanctuaire Meiji

Le lendemain direction Nikkô au nord-est de Tôkyô. Après de nombreuses visites le matin nous déjeunons occidental, notamment d’une glace dont tous les gens de ma table essayaient de trouver le parfum. Il s’avéra que c’était au melon.
Arrêt aux chutes de Kegon complètement noyées dans le brouillard. Les singes présents près du parking volent les sacs de nourritures aux touristes, arrachent les paquets et dévorent le contenu.
Retour vers Tôkyô en bus. Je regarde le paysage tout en dévorant un paquet de Pocky, les gâteaux mikados locaux. Le soir nous allons dîner dans un restaurant de shabu-shabu, sorte de fondue japonaise, qui régale nos papilles.

Singe à Nikkô
Singe à Nikkô

Notre 3ème jour est une journée carte blanche. J’embarque ma mère direction Shibuya, le quartier jeune et branché que je voulais absolument visiter. Nous achetons avec peine un ticket de train et nous . Quelle déception. Une foule importante, du bruit partout : j’ai detesté. Nous allons quand même à la tour 1O9 réputée pour sa mode et là aussi une grosse déception. Nous partons bien vite de cet endroit trop bruyant et criard pour nous. Je trouve quelques singles de mes groupes préférés dans un magasin puis je vais à leur magasin officiel. Mon but est de me procurer des posters mais impossible de trouver comment exprimer le souhait en japonais. Je bricole une phrase avec des mots trouvés dans mon petit livre de conversation mais le vendeur ne me comprenant pas j’abandonne et achète quelques photos à la place.
L’après-midi, j’avais prévu de nous emmener au parc Ueno mais il pleut des cordes. A la place nous passons quelques heures dans l’immense centre commercial accolé à l’hôtel. Nous déjeuner dans un restaurant au hasard, de nouilles udon… froides. Une expérience qui restera gravée à jamais, surtout pour ma maman qui depuis me demande toujours si c’est froid ou non. Nous nous étonnons des hommes qui slurpent leurs nouilles à grand bruit. Nous trouvons même cela dégoutant.
Pour le dernier dîner à Tôkyô, nous mangeons un menu… français. Ca ne me plaît pas et je fais la tête : pourquoi être venus au Japon si c’est pour manger français ! Je refuse même de manger et cela inquiète les serveurs qui me proposent de me servir au buffet… chinois. Après, nous allons nous promener une dernière fois dans Ikebukuro qui restera mon quartier de coeur à Tökyô, même encore à l’heure où j’écris ces mots.

Le lendemain direction Takayama, une petite ville nichée dans les Alpes japonaises. Là nous sommes émerveillées devant les sièges qui pivotent pour se mettre dans le sens de la marche. Nous recevons un bentô que nous mangeons en regardant le paysage défiler. Mouais pas très dépaysant, ça ne s’appelle pas les Alpes japonaises pour rien.
Une fois arrivés nous trouvons encore un peu de neige. Nous nous promenons dans la ville en compagnie de la guide qui m’explique quelques mots entendus à la télé japonaise la veille.
Avant le dîner nous allumons la télé et tombons sur le film Je reviendrais avec la pluie. Bien sûr nous ne comprenons rien mais arrivons à suivre l’histoire qui nous a enchantées.
Le soir nous nous promenons dans la ville et on se fait accoster par un vieil homme saoul, heureusement pas méchant.

Takayama
Takayama

 

maison de chaume à Shirakawa-go
Shirakawa-go

Au petit matin je file à la librairie acheter un livre de comptines japonaises et nous embarquons dans un car direction Kanazawa. Au passage nous nous arrêtons au petit village de Shirakawa-go, encore couvert de neige. Il fait froid dehors mais étonnamment bon dans les chaumières traditionnelles. Quelle chance il y en a justement une en cours de réparation. Nous regardons un peu le travail fastidieux des ouvriers.
Suite du voyage à Kanazawa. Quelques souvenirs en vrac : une marche dans la ville pour aller au bord de mer… finalement beaucoup trop loin de notre hôtel. La gare de la ville, son magasin de biscuits et son grand portique en bois. L’hôtel et son restaurant dont le nom « Senor Pico » nous a fait tant rire. Les cerisiers en pleine floraison se mêlant avec un reste de fleurs de pruniers. Le froid glacial durant notre visite du jardin Kenroku-en. Un déjeuner dans un restaurant traditionnel : assis par terre, j’essaie de tenir la position seiza (sur les genoux) le plus longtemps possible. Un teru teru bôzu accroché dans le bus. Et surtout les superbes jardins des anciennes maisons de samurai : visite à la queue-leu leu mais d’une beauté sans égal.

Jus de fruit japonais Qoo
Mon coup de coeur de l’époque… j’ai même encore les bouteilles à la maison.
Béné cerisiers 2006 Kanazawa
Moi il y a 10 ans… et oui !

Ensuite direction notre dernier point de chute : Kyôto.
Nous avons passé la nuit dans un ryokan au bord du lac Biwa. Nous avons essayé des yukata et dormi sur des tatamis pour la première fois de nos vies. Encore un souvenir qui restera gravé à tout jamais.
Kyôto est la seule partie du voyage où j’ai le moins de souvenirs précis. Il a plu tout le temps, pour ne pas changer. Je me souviens que le premier jour nous avions fait tous les classiques et que j’avais été fortement déçue par le Pavillon d’Or. Par contre j’avais adoré le Ryôan-ji et son jardin sec. Nous étions en chaussettes sur le parquet en regardant le jardin. J’avais froid aux pieds mais j’étais étonnamment bien et zen. Ce souvenir très marquant a sans doute été le point de départ de mon amour pour le Japon sous la pluie.
En repartant vers le parking nous avons trouvé des distributeurs vendant des boissons chaudes. Si ma mère a pris un simple chocolat chaud, j’ai voulu goûter le fameux fanta au raisin… beurk beurk et re-beurk ! C’était infâme.

Kiyomizu-dera, Kyôto
Kiyomizu-dera, Kyôto
Repas raffiné japonais
Repas raffiné japonais… trop exotique pour nous
Tôdai-ji, Nara
Tôdai-ji, Nara

Le jour suivant nous allons à Nara en car. Enfin il fait beau et nous nous amusons à caresser les daims près du temple Tôdai-ji. Lors de la pause déjeuner le chauffeur nettoie le logo de son bus à la brosse à dent. Il a aussi un petit cendrier pliable et transportable. Quel exotisme ! L’après-midi sera consacré à la visite de temples. Je commence à faire une overdose et je me promène sans conviction en attendant l’heure du retour. Je tire au hasard une prédiction qui sera assez de bonne fortune.

Le lendemain est notre dernier jour complet au Japon. Nous avons encore une fois carte blanche et bien sûr il pleut. Nous avions prévu d’aller voir le Pavillon d’argent puis de faire le chemin des philosophes mais avec le temps nous prenons un bus qui fait le tour de la ville et nous nous promenons dans les petites rues. Je me souviens des petits canaux et des pétales de cerisiers qui volaient dans tous les sens. J’achète des chaussettes hautes d’écolières. Notre dernier dîner sera dans un izakaya, un bar à tapas japonais. Nous dégustons des plats plus délicieux les uns que les autres dont des harumaki, des sortes de nems qui nous laisseront un souvenir impérissable.

Un dernier dodo et nous quittons Kyôto pour l’aéroport international du Kansai. Je vois de loin Ôsaka et son monorail. La guide nous distribue des cartes avec notre nom écrit en japonais. Une enveloppe passe dans les rangs pour la guide, personne ne sait qu’on ne fait pas ça au Japon. Au moment de dire au revoir à la guide et de passer l’immigration je fonds en larmes : je n’ai pas envie de quitter ce pays. On me réconforte et je me fais une raison. Une chose est sûre : l’aventure ne fait que commencer…

Shinkansen, le train à grande vitesse japonais

Et en effet, depuis ce premier voyage jusqu’à mon installation à Fukuoka en 2012 je suis retournée tous les ans au Japon. Au départ ce n’était qu’une envie mais rapidement j’avais besoin d’avoir ma pause japonaise chaque année. Je n’économisais que pour me payer ces quelques semaines au Japon
Au fur et à mesure de mes voyages ma passion pour ce pays s’est décuplée et mes goûts ont profondément évolués.

Comme moi, de nombreux blogueurs ont été au Japon pour la première fois : Angelo du blog Horizon du Japon ou Judith de Jud à Hiroshima ou Eugénie de CocoYuyu. Je pense aussi à Muriel et Alex.
#Team2006 je pense à vous. On se donne rendez-vous pour les 20 ans !

18 comments

  1. Avatar

    J'ai adoré lire ton article. Il m'a meme un peu émue ! Car, ce n'est que mon premier voyage au Japon, mais ce pays m'a plu, m'a touché, je m'y suis sentie bien. J'espère y retourner un jour ! Contrairement à toi, ma première visite de Shibuya reste un de mes meilleurs souvenir de Tokyo. C'était la capitale telle que je me l'imaginais. J'ai pleuré en voyant les passages piétons, hachiko, et la tour 109 ! De joie bien sur 🙂

  2. Avatar

    Salut Bénédicte !
    Sympa de voir « comment tout a commencé » !
    A bientôt.

  3. Avatar

    Un plaisir de lire tes impressions, 10 ans plus tard, de ton premier voyage au Japon! 🙂 Pour moi le premier voyage, c'était l'année dernière, j'ai été émerveillée de toutes les découvertes qu'on a pu faire pendant 18 jours… un véritable rêve qui s'est réalisé! Je n'ai qu'une hâte: avoir à nouveau assez d'économies pour pouvoir y retourner, je ne pense pas y vivre un jour mais c'est vraiment le pays dans lequel j'ai envie de faire le plus de voyages possibles 🙂

  4. Avatar

    Déjà 10 ans… Tu as vraiment de la chance d'avoir eu l'occasion d'y aller si souvent. J'espère qu'un jour moi aussi j'aurais la chance (et pour l'instant c'est plus le temps qui me manque qu'autre chose) d'y aller. :/ En tout cas j'ai beaucoup aimé cet article ! 🙂

  5. Avatar

    Moi qui ait (avait) une peur bleue de l'avion (je me suis soignée depuis, faut dire aussi que rien que cette année j'en suis à 10, heureusement que je suis soignée ^^) je voulais qu'un voyage en avion vaille le coup. Honnêtement, je pensais même ne jamais voir le Japon de mes propres yeux. Résultat, mon premier voyage au Japon c'était l'année dernière, je devais rester un an et juste un an et je suis toujours là. Comme quoi, il faut jamais dire jamais.

    (et j'ai toujours détesté et déteste toujours Shibuya. Je déteste aussi Shinjuku. Jte comprend sur ce point.)

  6. Avatar

    Ah lala ! super article nostalgie ! Le mien sera pour Juillet si je retrouve assez de photos.
    C'est dingue ce que tu as changé en 10 ans 🙂

  7. Avatar

    Nostalgie quand tu nous tiens !
    Même sensations que vous lors de mon premier séjour.
    Au retour à la gare de l'Est, je me suis demandée ce que je faisais en là (en France, bien sûr…)
    Depuis je suis retournée au Japon 2 fois… Dans mon entourage, beaucoup ce demande quand je vais m'installer au Japon ! 🙂
    En tous les cas, je prends toujours beaucoup de plaisir à vous lire et à expérimenter (préparer une sélection de plats à déguster)par votre intermédiaire !
    Merci beaucoup !

  8. Avatar

    <3 j'ai adoré cet article. Ne me demande pas pourquoi XD
    Tu t'es embelli avec le temps je ne le dirais jamais assez. Tu es magnifique 🙂
    J'ai pensé à toi pour les chaussettes à Nara mais je n'ai pas trouvé :/ Je ne me suis pas acharnée non plus mais de ce que j'ai parcouru j'ai fait chou blanc. Désolée 🙁

  9. Avatar

    Super article, c'est émouvant de lire tes 1ers souvenirs, tes premières impressions du Japon. Mon 1er, et seul pour l'instant, voyage au Japon m'a aussi plongé dans une ambiance spéciale, zen, et admirative des jardins, paysages… A part à Tokyo que je n'ai pas réussi à apprécier. Mais j'ai l'impression que j'avais trop lu, vu, appris de choses sur le Japon et je n'ai pas eu assez le côté émerveillement, découverte. Mais je compte aussi y retourner.Profites bien de ce beau pays. A tes prochaines 10 années !

  10. Avatar

    Quel bel article, merci Béné ☺ Étant en plein dans le vif du sujet, je le savoure d'autant plus. C'est tellement d'émotions n'est-ce-pas ? J'ai du mal à réaliser parfois. Et à d'autres moments, l'émotion me submerge, par exemple au pavillon d'or, que je dessinais quand j'étais gamine. Comme quoi chacun vit son expérience à sa façon.
    Bravo pour ton parcours et ta détermination en tout cas ☺

  11. Avatar

    Cela m'a donne envie de regarder moi aussi et cette annee aussi cela fait 10 ans! En cherchant dans une ancienne boite email j'ai meme retrouve un blog que j'avais ecrit a l'epoque. >< Je me demande bien ou nous serons et ou nous en serons dans 10 ans en tout cas!

  12. Avatar

    Tres bien cet article. Cela m'a replonge dans les souvenirs de mon premier voyage dans ce pays, c'etait au printemps 2005. Depuis j'y reviens pratiquement chaque annee bien qu'a l'epoque je ne pensais pas y vivre un jour. Mais maintenant l'echeance se rapproche a grand pas. Au plaisir de lire ton article des 20 ans:)

  13. Avatar

    Tres bel article qui me remémore des souvenirs… d'il y a 10 ans, pas jour pour jour (ce sera cet ete !) et ou j'avais egalement 18 ans 😉
    Pour feter ca, j'y retourne cette annee 😀
    Je n'avais jamais encore commente ton blog mais cet article me pousse a le faire enfin ^^ Continues s'il te plait, c'est toujours un plaisir de te lire !

  14. Avatar

    Happy anniversary ! Beau retour dans le temps. Je te souhaite encore beaucoup d'années japonaises 😉

  15. Avatar

    Joyeux anniversaire de tes 10 ans de Japon !
    Mon premier souvenir de Japon c'était à Shinjuku. Le Japon j'en rêvais depuis enfant, et enfin j'avais pu partir 1 mois.
    A peine débarquée à Tôkyô, je devais aller chercher la clé de mon logement sous une chaleur ignoble (juillet je t'aime….) et pour cela aller à Shinjuku et trouver la bonne sortie. Bien sûr j'ai pas pris la bonne mais un gentil jeune homme m'a indiqué le chemin. J'étais fasciné par la hauteur des immeubles, le monde partout, la taille du train JR, la chaleur étouffante, l'ambiance des rues et la gentillesse de ce jeune homme en costume.
    C'était en 2011 soit seulement 5 ans, mais ça me parait être hier, et en même temps il y a 1000 ans !

  16. Avatar

    Béné, tu as rajeuni de 10 ans par rapport à la photo de cet article ! On a l'impression que le Japon t'a épanouie !

  17. Avatar

    Manquerait pas un truc dans la première phrase de ton dernier paragraphe ? Un truc du genre… en 2006 ?

    Sinon, pour l'anecdote, en 2006, cela faisait pile 10 ans que j'étais allé au Japon pour la première fois…

    (mon article souvenir en lien ^^)

  18. Avatar

    J'aime beaucoup ton blog, tu écris vraiment bien on a l'impression d'être avec toi et de te suivre dans tes aventures. C'est vraiment très agréable à lire. merci 🙂

Laisser un commentaire